Rendre un projet artistique plus pro grâce au cadrage


S’il y a bien quelque chose que le cinéma a à offrir au dessin animé ou la BD, ce sont les prises de vues. Le fait de varier les plans peut faire passer un travail tout ce qu’il y a de plus banal à quelque chose de professionnel.

Alors quels sont ces plans et comment rendre un projet artistique plus intéressant grâce à eux ? 

Si vous projeter de faire une BD, une animation 3D, ou tout ce qui nécessite d’enchaîner plusieurs images, vous devriez lire cet article !

 

Les différents types de plans

La prise de vues est le fait de choisir par où le spectateur verra l’image. Si vous avez un personnage, il n’est pas obligatoire de le voir de face : on peut le regarder d’en haut, d’en dessous, de 3 quarts, entièrement, seulement à partir du torse… Une prise de vue et un cadrage réussis sont des éléments essentiels pour un projet qui en jette !

Même avec un scénario et des dessins irréprochables, sans ça le tout serait terriblement plat.

Alors commençons dès maintenant avec les différents types de cadrage, avec l’exemple sur ce monsieur :

 

Les différents cadrages

Les différents types de cadrage d’une seule et même image

 

Pour une image tout ce qu’il y a de plus banale nous avons donc 7 cadrages différents !

« Il y en a pourtant 6 sur cette image, tu n’es pas bien réveillé ?« 

En fait elle ne contient pas le plan insert ! Ce dernier sert à zoomer sur un détail pour lui donner de l’importance. Par exemple une arme qui sort lentement d’un blouson, l’heure affichée à une pendule, ou une note qu’on peut ainsi déchiffrer… 

Il permet de laisser du suspens, ou à but informatif.

On peut alors voir que pour une image, il existe de multiples types de cadrage et leur choix est important ! Un plan rapproché tel que le gros plan ou le plan poitrine sera utilisé pour souligner les expressions d’un personnage. Un plan moyen comme le plan taille ou l’américain souligneront plutôt la gestuelle et l’attitude général de ce même personnage.

Il existe aussi des plans larges : plan d’ensemble, plan général… Ils mettent l’accent sur le lieu et d’éventuelles actions à venir : une armée qui s’avance, un décor fantastique, un homme marchant seul dans une immense étendue déserte…

 

Plongée / Contre-plongée

Existe aussi la plongée, et la contre-plongée. Rien à voir ici avec la natation mais nous parlons toujours de prises de vues. 

La plongée est une vue au dessus du personnage, comme ci nous plongions au dessus de lui. Elle a pour but de le prendre de haut et de le rendre petit. Elle peut ainsi être utilisée si nous avons un personnage qui se retrouve face à une énorme bête : le voir ainsi nous immerge dans les yeux de la créature et le rend vulnérable. A l’inverse, la contre-plongée est une vue de dessous le personnage : elle rend le personnage dominant. Utiliser la plongée ou la contre-plongée face à un personnage changera donc totalement la manière dont il est perçu ainsi que l’ambiance de la scène.

 

La profondeur de champ

Autre point important en cadrage : la profondeur de champ. Elle va déterminer ce qui sera visible par la caméra. Cette caméra est bien sûr fictive dans le cas d’une BD, on l’imagine. Vous pouvez par exemple avoir une femme au premier plan (celui le plus proche de la caméra) et quelqu’un de bien visible dans le fond. Bien que la femme semble l’élément principal de par le fait qu’elle soit proche de la caméra, la personne visible au loin prend l’attention et suggère que quelque chose va se produire.

De même si vous avez une maison seule, d’accord, c’est une maison, ça s’arrête là.

Maintenant si vous créez une profondeur de champ, en mettant la maison au fond de votre plan et plein d’éléments devant qui la laisse visible malgré tout, comme des herbes hautes, quelques arbres, de la brume, etc. Vous rajoutez du mystère et de l’engouement autour de cette maison : on sait qu’elle renferme quelque chose et que l’histoire va tourner autour d’elle.
La profondeur de champ peut donc totalement changer la donne de votre mise en scène.

L’essentiel a été dit. Maintenant que vous possédez toutes ces connaissances, vous savez qu’il est primordial de bien organiser ses prises de vues et la manière dont l’histoire va être retranscrite. Avec un bon style graphique, un scénario en béton et des plans travaillés, vous êtes certain de créer un projet qui a de la gueule ! Silence, ça tourne ! 


 

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *